AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Road to recovery ¤ Solack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Solweig Muñoz
has too much feels it hurts


▬ look like : Marina Squerciati
▬ talks : 58
▬ job : Secouriste.
▬ love life : Elle est partie en Louisiane mais son coeur est resté à Shedington.
▬ quote :


"Besides, I think you look kind of cute, and that little fanny pack is kind of the cherry on top." ZACK, MY BABY <3.



▬ alias : Fictifs-Therapy.
▬ copyright : Chevalisse.


MessageSujet: Road to recovery ¤ Solack Dim 6 Mar - 16:33

My creed is Love and you are its only tenet
My funny valentine, Sweet comic valentine, You make me smile with my heart.
Solweig ✧ Zack
Être au bar après la garde, une habitude que Solweig avait perdu après des mois loin du boulot. Elle était encore en Louisiane, à se demander comment elle allait tenir toute sa vie sur cette terre qu'elle ne connaissait pas quand tout la ramenait à la seule maison qu'elle s'était trouvée... Zack. Il avait toujours été là, dans son champ de vision autant pour l'emmerder que pour la rassurer. Après tout, ils avaient été des partenaires pendant plusieurs années et il n'y avait aucun lien plus fort que celui là. Ils avaient tout connu ensemble: les interventions difficiles, les menaces de mort, les décès qu'ils auraient préféré éviter et ce n'était pas rare qu'ils finissent leur journée dans un coin du bar à raconter des conneries. Tant de choses avaient changé cette dernière années: il fut un temps où c'était juste eux deux à rire de tout et n'importe quoi, sans aucune tension entre eux parce qu'à l'époque, Zack avait sa fiancée, Sol le sien et ils pouvaient se permettre de rire de leur choix médiocre. Il y avait toujours eu quelque chose entre eux, ils ne le savaient juste pas et c'était le pire de l'affaire. Solweig n'avait fait que retarder l'inévitable et lorsqu'elle était partie, elle avait été persuadée qu'elle ne reverrait plus jamais Zack mais ce n'était pas pour autant qu'elle avait fait la paix avec ce choix. Elle avait réussi à tenir tant bien que mal parce qu'elle avait un rôle à tenir, celui de l'infirmière de fortune qui culpabilisait de tout ce qui s'était passé. Solweig avait fait des erreurs, autant avec son fiancé qu'avec Zack et aujourd'hui, elle devait réapprendre à se faire confiance. Heureusement, au travail, elle était toujours aussi efficace et ses prises de décision instinctives lui permettaient de sauver des vies qui étaient en bien mauvaise posture. Elle l'avait vu le jour même, son retour fracassant dans la brigade, sa capacité étonnante à agir dans l'urgence... Solweig était fait pour tout cela, même si maintenant, il y avait quelque chose de différent, le fait que Zack soit pompier à nouveau, qu'elle le regarde aller se perdre dans un feu, se sentir impuissante dans ces moments là... C'était une sensation qu'elle ne connaissait pas et qui l'effrayait un peu. Bien entendu, elle n'en disait rien pour autant et se concentrait sur son travail...

Du moins, elle essayait parce que son nouveau partenaire n'était pas tellement du genre à la laisser faire. Il avait passé la moitié de la journée à lui mettre des bâtons dans les roues et l'autre moitié à la draguer presque pas du tout subtilement. Solweig n'avait pas fait grand chose, le pauvre ne devait même pas savoir ce que tout le monde avait appris lorsqu'elle était partie. Mais soit, elle ferait avec, c'était ce qu'elle faisait toujours après tout. Elle avait supporté un Zack salopeur de ménage avec ses burritos pendant un sacré bout de temps alors un casse noix, cela ne lui faisait pas peur pour un sou. Elle avait fini par se poser sur un tabouret dans un coin du bar, une bière à la main, regardant les quelques pompiers présents rire d'un pari à la noix. L'ambiance n'avait pas tellement changé au moins, c'était une bonne chose. Solweig était heureuse d'être revenue et alors qu'elle souriait face à cette constatation, son partenaire se posta face à elle, s'asseyant comme si elle l'avait invité au préalable. "Dis donc, ça fait bizarre de te voir habillée comme ça... Ca t'change de l'uniforme de secouriste mais t'es mignonne." Solweig dut tirer une gueule de dix pieds de long en reposant sa bière sur la table. Mon dieu, qu'avait-elle fait au bon dieu pour supporter le partenaire serial dragueur de base? "J'suis censée t'dire merci? Non, parce que j'suis toujours la même fille en fait, les fringues ça change quelque chose?" Il dut prendre sa réponse comme une invitation à continuer puisqu'il héla le serveur pour une nouvelle boisson. Là, Solweig commençait à se dire que la soirée allait être longue mais c'était le propre de Zack de se pointer soit trois heures après les autres soit pas du tout. Après tout, il ne lui devait rien: c'était elle qui était partie et même s'il avait laissé entendre qu'ils boiraient un verre au bar après la garde, ce n'avait pas été une promesse non plus. Elle allait peut être bien devoir écouter déblatérer l'autre guignol pendant dix siècles, quelle aubaine. "...Sinon, t'as quelqu'un dans ta vie?" Elle n'avait chopé que la fin de la phrase, il valait certainement mieux de toute manière mais Solweig ne répondit même pas tout de suite puisqu'elle aperçut la silhouette de Zack qui venait d'entrer dans le bar. Il n'était pas trop tôt, sans rire, un jour, elle allait falloir qu'elle lui apprenne la ponctualité... Solweig lui fit un signe de la main, lançant un regard amusé à son partenaire qui n'avait pas l'air de comprendre grand chose à l'affaire. Allez savoir ce que Zack dirait en débarquant, ce bon vieux Zack mais c'était celui qu'elle aimait par dessus tout.
© Starseed

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Zack Felton
has too much feels it hurts


▬ look like : Patrick Flueger
▬ talks : 34
▬ job : Pompier-Secouriste. Réintégré au corps des pompiers.
▬ love life : S'il vous faut juste un mot; Solweig
▬ quote :


Einstein said; Only two things are infinite, the universe and human stupidity, and I'm not sure about the former...


But he's never met someone like you 'cause the third one is probably the feeling I have for you..

I love you



▬ alias : Patanouk
▬ copyright : endlessly epic


MessageSujet: Re: Road to recovery ¤ Solack Ven 11 Mar - 18:05

My creed is Love and you are its only tenet
My funny valentine, Sweet comic valentine, You make me smile with my heart.
Solweig ✧ Zack
Il n’y avait pas cru. Cet instant, précieux, était passé si vite, trop à son goût, qu’il n’avait pas vraiment eu le temps d’avaler la nouvelle ou, plutôt, de la digérer correctement. On était loin du black-out total, parce que Zack se souvenait encore, avec cette facilité déconcertante, du grain de sa peau et de sa chaleur sous ses doigts même si le contact n’avait pas été aussi intense qu’il l’avait voulu.. Mais il avait bien du mal à réaliser que l’ordre des choses était rétabli, que son univers tout entier s’était remis en route, que les rouages avaient cessé de grincer et que le mécanisme tout entier, qui faisait de sa vie ce qu’elle était, fonctionnait parfaitement. Ou presque. Elle était revenue. Il n’y croyait pas. Comment le pouvait-il, alors qu’il devait passer ses journées de travail à la regarder monter dans une ambulance dans laquelle il n’était, désormais, plus qu’un invité.. Qu’un autre risquait son quotidien avec elle, alors qu’il avait ce sentiment désagréable, si fort, qu’il n’y aurait jamais que lui d’assez fou et tenace pour la protéger, pour vendre sa chair et tous ses organes, son âme au passage, pour sauver chaque parcelle qui la constituait. Zack n’était pas un sale type, il avait même plutôt tendance à se montrer sociable et ouvert avec tout le monde, les nouveaux en particulier, mais cet ambulancier s’était retrouvé sur sa liste noire dès les premières secondes où il s’était adressé à Solweig comme si elle lui appartenait d’office. Quelque part il se retrouvait paumé entre une jalousie injustifiée, parce que depuis son retour ils n’avaient pas forcément mis les choses aux clairs, du moins Zack n’en avait pas vraiment l’impression en se repassant le film de son baratin, ainsi qu’une inquiétude grandissante. C’était pas le genre de la maison de juger les gens aux premiers abords, mais ce mec-là semblait bien plus intéressé par le possible décolleté de la femme d’à côté que par le fait de faire son travail correctement, sans prise de risque inutile. Il ne convenait pas à Solweig. Voilà. Tout le problème était là, aux yeux du pompier; ce type n’était pas fait pour contrebalancer l’instinct primaire et l’impulsivité de l’espagnol en intervention. Elle était sauvage, elle était dans l’action plus que dans la réaction et, jusqu’à maintenant, c’était toujours à lui d’arrondir ses angles, pour lui éviter de s’y cogner trop fort.. Il l’avait prouvé maintes fois. Alors, maintenant, il n’était plus là pour la ralentir ou la couvrir; il se jetait dans les immeubles en feu en espérant, toujours plus fort, qu’elle ne ferait rien d’idiot, parce que maintenant ils étaient ensembles, tout en étant seuls de leurs côtés. C’était terrible d’être forcé de la regarder reprendre ses aises, sans être à ses côtés pour la mettre en rogne, de devoir prendre un chemin différent, avec la crainte indicible de ne pas la retrouver au prochain croisement. C’était épuisant et irréel, parce que depuis qu’elle était de retour, sans l’être totalement, Zack se posait bien plus de question, voyait bien plus rapidement les obstacles et les risques qu’il prenait pour gagner sa vie, au risque de la perdre.. Il ne l’avait pas vraiment dis, parce que dans ce genre de métier il valait mieux éviter de le balancer à haute voix pour ne pas risquer de perdre la confiance des collègues, mais Zack se mettait à avoir peur, avant d’entrer de se jeter dans un incendie.. Peur de disparaître avant d’avoir eu le temps de mettre les choses à plat, peur de la laisser toute seule, peur de mourir seul, sans elle.. Solweig était revenue et, avec elle, c’était la promesse d’un avenir à deux qui le paralysait, pour les risques qu’ils encouraient, menaçant leur duo, leur équilibre. Alors.. Il n’y croyait toujours pas. Parce qu’il ne pourrait pas y croire tant qu’il ne lui aurait pas dis, sincèrement, à quel point il tenait à elle..

C’était le premier pas vers la guérison, disait-on, d’être capable d’admettre son problème. Il avait tourné l’énigme dans tous les sens, pesé le tout, pour finalement en arriver à la conclusion que son soucis le plus important c’était Solweig. Juste elle. Parce qu’elle était là, sans être avec lui et que ça, c’était clairement une anomalie dans l’équation de sa vie. Parce qu’à l’instant où il l’avait rencontré, Zack s’était fait à l’idée qu’elle ferait, qu’elle devait faire, partie de sa vie, d’une manière ou d’une autre, si ce n’était de toutes les manières. Et, aujourd’hui, elle n’était plus sa coéquipière, plus sa femme, plus sa potentielle petite amie et leur amitié semblait avoir perdu ce petit quelque chose, parce qu’il s’entêtait à vouloir prendre du recul.. Pour quoi ? Mieux revenir, tout bêtement. Parce qu’il n’y avait qu’un seul résultat possible à tout ce silence idiot; Zack reviendrait vers Solweig, parce que ça devait être ainsi, pour son bien à lui, pour son équilibre. Parce qu’il l’aimait, que c’était comme ça, qu’il avait arrêté de lutter depuis longtemps et qu’il était prêt, désormais, à vivre pleinement et au grand jour tout ce qu’il pouvait ressentir pour elle.
C’était avec cette idée qu’il regardai l’horloge tourner, alors que la nouvelle recrue essayait de battre le record de rangement de matériel, une idée stupide des collègues, ou de Zack.. Ce qui expliquait probablement pourquoi c’était à lui de la surveiller et de chronométrer. C’était clairement du bizutage, mais dans la caserne on aimait choyer ses nouveaux d’une manière peu conventionnelle. « Bon allez, on arrête. Je dois sortir! » La jeune femme le dévisagea bêtement, son tuyau enroulé autour du cou et soupira alors qu’il lui faisait signe de nettoyer son bazar.

Il serait en retard, mais c’était pas vraiment une nouveauté; même les nouveaux arrivants de la caserne avaient bien compris que la ponctualité ne faisait pas forcément parti des qualités de Zack. Il arrivait toujours à l’heure au travail cela dit, pile à l’heure d’ailleurs, mais pour le reste, il était pas capable de faire attention à l’horloge. On avait bien tenté de lui offrir une montre, mais il la perdait constamment,  alors on s’était juste habitué, le couvrant quand il dépassait les bornes. Pourtant, cette fois, il se mordit les lèvres parce qu’il aurait voulu faire un effort, être à l’heure au bar, montrer à Solweig qu’il tenait tellement à elle qu’il était capable, pour une fois, de ne pas la faire poireauter.. Mais apparemment, le naturel revenait au galop. Tout ce sentiment si particulier, si unique, chaque fois qu’il posait les yeux sur elle. Le calme le reprit, son rythme ralentit et Zack comprit; il se sentait à sa place, juste parce qu’elle était là, que tout avait un sens. Excepté peut être le fait que le nouveau collègue de Sol se trouvait à sa place, chose qu’il accepta plutôt mal, se rapprochant du couple discordant pour se tourner vers le type et le fixer jusqu’à attirer son attention. « De toute façon, t’es pas son genre. T’es trop petit et puis ici, il agita le bras pour faire un cercle, c’est la cour des grands, pour le moment ta place est là-bas. Avec les enfants et les newbies. » Agitant les mains il l’envoya paître une dernière fois pour enfin se tourner vers Sol. « J’espère qu’il t’a offert un verre, que tu puisses me le filer, parce que je comptais sur toi pour me payer le mien! » Par réflexe, sa main caressa le bras de la jolie brune, avant qu’il ne tire le tabouret pour s’asseoir un peu plus près d’elle.
© Starseed

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

She said "Where'd you wanna go? How much you wanna risk? I'm not looking for somebody With some superhuman gifts. Some superhero. Some fairytale bliss. Just something I can turn to. Somebody I can kiss"
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Solweig Muñoz
has too much feels it hurts


▬ look like : Marina Squerciati
▬ talks : 58
▬ job : Secouriste.
▬ love life : Elle est partie en Louisiane mais son coeur est resté à Shedington.
▬ quote :


"Besides, I think you look kind of cute, and that little fanny pack is kind of the cherry on top." ZACK, MY BABY <3.



▬ alias : Fictifs-Therapy.
▬ copyright : Chevalisse.


MessageSujet: Re: Road to recovery ¤ Solack Mer 6 Juil - 14:23

My creed is Love and you are its only tenet
My funny valentine, Sweet comic valentine, You make me smile with my heart.
Solweig ✧ Zack
Elle en oubliait bien vite qu'elle avait quitté la ville pendant six mois, les vieilles habitudes revenant au galop dès l'instant où elle fermait son vestiaire. Solweig était une secouriste, elle avait ça dans le sang et avoir dû quitter ce qui la définissait plus que tout avait bien failli la détruire. On ne pouvait pas dire que la Louisiane l'avait rendue malheureuse, elle y avait survécu mais non sans garder quelques séquelles psychologiques au passage. A force d'être inactive, à regarder son ex fiancé dormir plus de douze heures par jour quand elle n'avait aucune perspective à moins de vingt kilomètres à la ronde, Solweig en avait oublié la personne qu'elle avait été pendant dix ans, voire même avant ça. Finalement, rester avec cet homme l'avait rassuré tout au plus mais rien ne lui avait permis de s'épanouir et de garder cette indépendance et ce caractère d'acier qui était cent pour cent Munoz. Elle avait faillit tout perdre en jouant au casse cou, en espérant réparer les morceaux qu'elle avait cassés avec son fiancé il y avait tellement longtemps que les causes en avaient été oubliées depuis bien longtemps. Solweig avait juste voulu bien faire, comme elle avait toujours fait finalement, rester avec lui par convenance pour arrêter de lui faire un mal de chien avec son silence et sa manière de déguerpir dès qu'il essayait d'être sérieux plus de deux minutes avec elle. La vérité, c'était que ce mariage inopiné avec Zack avait apporté le meilleur dans sa vie: tout ça lui avait permis de penser à ce qu'ils partageaient tous les deux depuis le début de leur collaboration au sein de leur ambulance, de remettre en perspective cette amitié qui avait été tellement puissante dès le départ qu'elle en avait eu le tournis à de multiples reprises. Rien de tout ça ne serait arrivé si Zack n'avait pas retourné son monde avec ses manières de rustre et son instinct protecteur qui l'avait sauvé des centaines de fois lors des interventions difficiles. Zack avait toujours été la personne essentielle à son existence, sa personne finalement, quand son fiancé avait juste été l'étranger qui partageait son appartement en lui en demandant bien trop en retour. Cette histoire avait assez duré et qu'il choisisse de la libérer durant sa convalescence, c'était le seul cadeau qu'elle lui avait demandé depuis qu'ils étaient ensemble. Enfin, il réalisait que sans Zack, Solweig ne fonctionnait plus qu'au ralenti, elle subsistait oui mais avec la moitié de ses fonctions vitales sur pause. Sans Zack, il n'y avait qu'un quart de Solweig qui valait le coup parce que ce qu'elle avait de plus beau en elle existait par la simple présence du Felton dans sa ligne de mire. Pourtant, l'espagnole avait sacrifié tout ça pour sauvegarder son honneur, continuer à avoir des principes même si sa morale avait franchement tort de faire encore croire à un homme qu'elle pourrait l'aimer quand tout ça s'était arrêté bien des années auparavant. Solweig avait menti avec une aisance naturelle, pendant tout ce temps, mais il était temps qu'elle prenne les choses en main et qu'elle arrête de vivre dans le plus aberrant des dénis quand la vérité était là, étalée au grand jour, depuis qu'elle s'était pointée à l'appartement de Zack en plein milieu de la nuit avec la ferme intention de ne plus quitter l'étau rassurant de ses bras.

Pour en arriver là à nouveau cela dit, Solweig avait du chemin à faire pour mériter son pardon. Zack avait dû supporter son silence pendant six long mois jusqu'à ce qu'elle débarque sans prévenir le soir de son anniversaire, comme si elle avait le droit de venir le réclamer après tout ce temps loin de lui. Elle n'avait pas prémédité d'agir ainsi, elle avait juste pris un billet d'avion, sans forcément empaqueter toutes ses affaires, se disant que l'important, c'était d'arriver à temps. Depuis lors, Solweig avait repris sa place au sein de la brigade, elle avait retrouvé ses marques en supportant un nouveau coéquipier aussi lourd que son ex fiancé, voire plus. Il l'avait collé au train toute la journée et voilà qu'il continuait en se traînant derrière elle au bar quand elle ne l'avait pas forcément invité. A vrai dire, la jeune femme n'attendait que l'arrivée de Zack mais celui-là n'avait pas changé ses habitudes concernant la ponctualité. Tous les matins, elle avait dû l'attendre devant les vestiaires, le voyant débarquer avec un minimum de dix minutes de service grillées parce que son réveil n'avait pas sonné ou que sa copine l'avait emmerdé ce qui expliquait son arrivée tardive. Il avait toujours une astuce innovante pour ne pas se prendre d'avertissements, c'était ce que Zack était, un homme avec plein de ressources, un peu immature sur les bords mais ô combien adorable quand il avait choisi d'aimer une personne. Et Solweig avait cette chance de faire partie des gens qui obtenaient toujours grâce aux yeux de Felton parce qu'elle était sa personne autant qu'il était la sienne et ce simple fait se lisait sur leurs deux visages quand Solweig le vit enfin pénétrer dans l'enceinte du bar. Forcément, il ne manqua pas de faire déguerpir le lourdingue qui cherchait Solweig depuis le début de la matinée, elle ne put qu'en être reconnaissante pendant qu'il parlait, même si elle cachait son rire en mettant sa main devant sa bouche pour ne pas vexer son nouveau collègue. Elle attendit qu'il ait disparu pour enfin relever les yeux vers Zack et lui sourire plus largement. Celui-ci s'assit enfin à la place qui lui revenait de droit ce qui permit à Solweig de reprendre sa respiration, enfin après la journée la plus longue depuis des siècles. "Tu réalises que tu viens d'te faire un ennemi? L'ambiance va être splendide dans l'ambulance demain, j'te remercie." Tout ça pour ne pas lui dire merci pour la véritable raison derrière ses mots, elle était contente de le voir et de le voir se débarrassé de son épine dans le pied depuis des heures. "Et en quel honneur c'à moi d'payer tes consommations, Felton? T'as gagné un pari? T'as sauvé une célébrité? Non, t'as évité d'te faire tuer encore une fois et t'en es fier, c'ça?" Solweig évitait les interventions où il était parce qu'elle savait qu'elle avait une peur bleue qu'il ne ressorte pas en un seul morceau d'un incendie ou d'un sauvetage dangereux. Elle n'en disant rien mais évidemment n'en pensait pas moins, aujourd'hui, Solweig savait ce qu'elle ressentait pour Zack et si c'était quelque chose qui l'effrayait encore, elle avait bien plus peur de le perdre, pour de bon. "Et au fait, comment tu sais c'quoi mon genre, toi? Si ça s'trouve, tu m'as ruiné l'affaire du siècle avec... Merde, j'ai pas retenu son prénom." Elle se mit à rire en tendant son verre à Zack, Solweig se retrouvait enfin, après six mois misérables où elle avait presque perdu pied. Zack était là et elle avait espoir qu'il serait toujours là, parce qu'elle ne voulait pas qu'il soit ailleurs. Plus loin d'elle en tout cas.
© Starseed

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Zack Felton
has too much feels it hurts


▬ look like : Patrick Flueger
▬ talks : 34
▬ job : Pompier-Secouriste. Réintégré au corps des pompiers.
▬ love life : S'il vous faut juste un mot; Solweig
▬ quote :


Einstein said; Only two things are infinite, the universe and human stupidity, and I'm not sure about the former...


But he's never met someone like you 'cause the third one is probably the feeling I have for you..

I love you



▬ alias : Patanouk
▬ copyright : endlessly epic


MessageSujet: Re: Road to recovery ¤ Solack Dim 5 Mar - 14:49

My creed is Love and you are its only tenet
My funny valentine, Sweet comic valentine, You make me smile with my heart.
Solweig ✧ Zack
Elle était là. Sur le même siège qui avait accueilli son postérieur depuis leur première sortie ensemble, pour apprendre à se connaître alors qu’ils devaient former un duo parfait, parce qu’une osmose restait nécessaire dans ce métier. Il avait besoin de savoir qu’il pouvait compter sur elle, comme il devait s’assurer qu’elle avait la certitude de pouvoir s’appuyer sur lui. C’était ce qui l’avait marqué le plus pendant ces années avec Solweig; ils étaient seuls, dans l’ambulance. Eux deux, contre l’humanité, à se protéger mutuellement en intervention, quand ils ne pouvaient faire appel à personne d’autre. La différence avec le corps des pompiers était là; dans cette équipe-là, Zack était pris dans un groupe, dans une pluralité assez difficile à gérer et ce même s’il faisait parti des personnes les plus sociables et dévouées à son prochain. Il se retrouvait seul, perdu au milieu d’une bande de mecs bourrés à la testostérone. Pas des mauvais bougres, parce qu’ils avaient juste leur propre manière de gérer le stress, la peur et la déception que pouvaient provoquer leur boulot, mais c’était différent. Dans son uniforme de pompier, avec eux, Zack se sentait terriblement seul. Bien plus qu’il ne l’avait été pendant ces quelques temps avec Solweig, parce que ce n’était tout bonnement pas la même solitude, celle de l’ambulance était bien particulière; une solitude toute relative, parce qu’ils étaient deux à vivre la même et que leurs missions nécessitaient de partager ce sentiment d’isolation. Il s’était senti à sa place dès les premières secondes où il s’était assit là, près d’elle et pas dans l’ambulance, mais à ce comptoir de bar, le même qui avait vu leur relation évoluée sans qu’ils ne sachent vraiment ce qu’il se profilait, en quoi cela évoluait. Les murs, les luminaires, le bois du bar, autant de témoins silencieux qui avaient été aux premières loges des échanges de regards, des sourires en coin, des effleurements. Des coeurs qui, doucement, s’effilochaient, s’embrouillaient et se mêlaient étroitement l’un à l’autre pour s’unir, à l’insu de tous, eux les premiers.
Alors la voir là, à ce même tabouret où il l’avait rejoint si souvent, Zack sentit sa poitrine s’affaisser, son palpitant manquer un battement et ses paumes devinrent un peu moites. Le passé se superposait au présent et il s’obligea à s’arrêter, une nano-seconde, pour imprimer l’image sur sa rétine, pour soulager son coeur fatigué. Elle était revenue. Il n’avait de cesse de se le répéter, mantra supposé le rassurer, l’assurer même, que c’était bien réel, qu’il ne rêvait pas encore une fois et que Solweig se trouvait bien là, à le regarder. A l’attendre ? Peut être.

Estomac noué, il trouva le courage d’intervenir, jalousie pointant son nez alors qu’il évacuait l’importun. C’était bon signe, malgré tout, de ressentir cette boule de chaleur au creux de ses entrailles alors qu’il se retrouvait, enfin, à ses côtés, avec le sentiment d’avoir ramé des siècles pour en arriver là. Subsistait, malgré tout, cette terrible sensation qui venait, insidieuse, bousiller ses tentatives de réconciliation totale; elle était partie. A un moment donné, elle avait plus ou moins été capable de l’abandonner, alors qu’il était persuadé que ça ne pourrait jamais leur arriver, qu’ils étaient trop proches, trop étroitement liés pour que ça se produise. Solweig avait trouvé la force de le faire, pas lui. Il avait été celui qui restait, celui qu’on laissait derrière et, malheureusement pour lui, pour eux, c’était cette amertume qui prévalait sur le reste.
Et pourtant.. Qu’est-ce qu’il pouvait l’aimer. Contradiction totale; il avait fallu qu’elle s’en aille, pour que Zack réalise l’ampleur de son affection pour elle, amour frôlant l’adoration. C’était elle. C’était Solweig ou personne. La femme de sa vie, probablement et il aurait été con de fermer les yeux sur ce fait, ce constat loin d’être aussi terrifiant qu’il l’aurait cru. Solweig était taillée pour lui, pas seulement parce que la forme de son corps épousait la sienne à la perfection quand ils s’entrelaçaient, des étreintes amicales qui, finalement, ne l’avaient jamais vraiment été. Elle était faite pour le supporter, son caractère s’alliant au sien juste ce qu’il fallait pour contrebalancer son naturel bordélique.

Son regard resta planté sur elle, alors qu’elle parlait, fasciné. Terrifié aussi, parce que désormais, ils n’avaient plus vraiment d’excuses pour la suite. Et c’était peut être ça, aussi, qui l’angoissait; la seule personne qui, aujourd’hui, pouvait les empêcher de s’unir, c’était lui. Lui seul. Il déglutit. « Au pire, il te parlera plus. Au mieux, il demandera une mutation. Te plains pas, j’peux encore le rappeler hein.. » Moqueur. Il n’en ferait rien. Il haussa les épaules, visiblement faussement déçu qu’on ne reconnaisse pas simplement sa grandeur. « Comment ça, c’pas le thème de la soirée ? La femme qui paie la consommation ? On m’aurait menti, encore ? P’tain, décidément, j’dois avoir l’air d’une bonne poire. Allez, tu peux m’payer ma conso’ pour pas me laisser passer pour un gros nul.. Allez.. » Sourire colgate, regard brillant. Il se pencha un peu vers Solweig, regardant en coin à droite, puis à gauche. « Parce que c’moi ton genre. Je le sais, tu le sais. Ils le savent. Oui j’ai aussi révisé mes conjugaisons. » Semi-blague. Son coeur rata un battement à la simple énonciation de ce qui devait être, désormais, un fait établi. Il sourit, de nouveau et lui caressa la joue en lui faisant un clin d’oeil avant d’attraper son verre pour lui proposer de trinquer. A son retour ? A sa présence ici ?
A eux. A elle. A l’éternité qui se profilait.
© Starseed

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

She said "Where'd you wanna go? How much you wanna risk? I'm not looking for somebody With some superhuman gifts. Some superhero. Some fairytale bliss. Just something I can turn to. Somebody I can kiss"
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Solweig Muñoz
has too much feels it hurts


▬ look like : Marina Squerciati
▬ talks : 58
▬ job : Secouriste.
▬ love life : Elle est partie en Louisiane mais son coeur est resté à Shedington.
▬ quote :


"Besides, I think you look kind of cute, and that little fanny pack is kind of the cherry on top." ZACK, MY BABY <3.



▬ alias : Fictifs-Therapy.
▬ copyright : Chevalisse.


MessageSujet: Re: Road to recovery ¤ Solack Mer 15 Mar - 23:26

My creed is Love and you are its only tenet
My funny valentine, Sweet comic valentine, You make me smile with my heart.
Solweig ✧ Zack
La vie pouvait parfois prendre des tournures dramatiques et c'était Solweig qui en avait payé le prix récemment. Sa vie avait toujours été simple, habituée de la routine qu'elle était, cela l'effrayait beaucoup moins de la sorte. Pourtant, les surprises s'étaient enchaînées ces derniers mois, depuis ce mariage à Las Vegas. Qu'est ce qui leur avait pris par la tête à cette époque? Solweig n'aurait su le dire, l'alcool avait parlé pour eux et le reste était entré dans l'Histoire. La jeune secouriste aurait aimé que les événements se passent différemment en vue des personnes qu'ils avaient fait souffrir dans l'affaire. Son fiancé avait bien failli en mourir et bien évidemment, l'ex de Zack la détestait plus que cordialement. Pour autant, est-ce qu'elle avait des regrets? Pas vraiment. Solweig avait fait ce que son coeur lui disait, pour la première fois depuis des années, elle avait agi en laissant sa raison de côté. Embrasser Zack n'avait rien de logique, si on pouvait déjà dire que l'épouser à Vegas l'avait été auparavant, mais revenir pour lui, qu'est ce que c'était au bout du compte? Le grand saut dans le vide pour Solweig. Certes, elle avait vécu avec un homme pendant près de dix ans mais est-ce qu'elle connaissait quelque chose à l'amour au bout du compte? Rien n'était moins sûr. La jeune espagnole de souche n'avait rien partagé avec cet homme, si ce n'était une pièce de vie et des tours de lessive. Avec Zack, elle avait tout vécu, des simples moments de purs rires aux moments intenses où la mort avait été bien trop proche d'eux. Solweig ne pourrait plus jamais vivre une si grande aventure avec une autre personne, c'était ce que son cerveau lui indiquait alors qu'elle se retrouvait à l'autre bout du pays. Cette absence avait été trop lourde à porter, le manque d'autant plus et elle n'était même pas certaine que revenir lui amènerait la paix. Zack aurait très bien pu trouver quelqu'un d'autre, voire revenir vers son ex petite amie et la laisser en plan. Solweig ne lui en aurait même pas voulu si tel avait été le cas parce que c'était elle qui l'avait abandonné du jour au lendemain, avec rien d'autre qu'un silence angoissant et des excuses bien plates en comparaison de ce qu'elle s'apprêtait à faire. Elle lui avait déchiré le coeur en tourmentant le sien, c'était une évidence dont seule elle en connaissait les tenants et les aboutissants étant donné que Zack devait être loin de lui faire confiance désormais. Elle savait pourtant à quel point son ancien partenaire avait du mal à se fier aux autres, encore plus aux femmes, aussi renfermé qu'il était sur le fait qu'il ne valait pas nécessairement e l'or par rapport à d'autres. C'était elle, étonnamment, qui avait tout gâché, même leur amitié. Comment avait-elle pu être si inconsciente? Comment avait-elle pu penser une seule seconde qu'elle s'en remettrait? Qu'elle tournerait la page le plus simplement du monde? C'était impossible quand on avait vécu quelque chose d'aussi fort avec une autre personne, quand on lui avait donné son coeur et son âme au détour d'une ambulance remplie de miettes de nourriture incroyablement malsaine et de crises de fous rires après des blagues idiotes parsemées ça et là.

Si Zack n'était pas capable de reprendre là où ils s'étaient quittés quelques mois auparavant, Solweig espérait au moins qu'il saurait reconnaître la force de leur amitié, à défaut du reste. Finalement, c'était la seule chose qu'elle demandait, retrouver cette complicité d'antan, loin des ambiguïtés qui avaient créé des tensions douloureuses dans leur vie. Elle aimait Zack, elle l'aimait plus que tout mais si tout ce qu'elle pouvait avoir de lui se résumait à leur lien d'antan, cela lui suffisait largement. C'était peut être vrai ce qu'on disait: quand on aimait quelqu'un, sa seule présence à ses côtés valait tout l'or du monde même si la formule ne nous convenait pas totalement. Au moins, Solweig avait conscience de ses sentiments désormais, elle ne vivait plus dans le mensonge d'une relation factice et d'une solitude aberrante. Elle était seule, à squatter sur le canapé de sa soeur parce qu'elle n'avait même pas pris le temps de se trouver un nouvel appartement, se surprenant elle même à prendre un avion totalement au hasard pour débarquer le jour de l'anniversaire de Zack. Munoz ne faisait pas la fière depuis ce jour là, ne sachant pas très bien ce qui l'attendait avec son retour au travail et ce partenaire collant au possible. Au moins la présence de Felton l'avait fuir rapidement et Solweig pouvait largement le remercier pour cela en vue des plaisanteries fumeuses qu'il lui balançait depuis le début de la journée et qui ne lui donnait pas vraiment envie de voir plus loin. "Sur le fond, j'aime ta façon de penser... Mais le problème, c'qu'y aura encore un nouveau après lui s'il part et lui aussi, tu vas l'effrayer dans le genre?" Ils en étaient encore à ce stade d'apprivoisement ridicule, savoir si l'autre tenait véritablement à soi avant de prendre les choses en main. Solweig ne savait pas franchement à quoi s'attendre, si ce n'était les remarques idiotes de l'ami qu'elle aimait tant. Elle fit son air outré en l'entendant parler, du Zack tout craché. "Tu gagnes pas assez en tant que pompier, c'ça? T'as des dettes? Tu sais que tu peux tout m'dire Zack, j'te paye ta bière que si t'es honnête avec moi sinon ça vaut pas le coup... C'était pas un de nos principes quand on traînait dans l'ambulance, ça? Rafraîchis moi la mémoire, tiens." Solweig se mit à rire, cette époque semblait si loin désormais. Clairement, de l'eau était passé sous les ponts depuis leurs épopées sordides au coeur de la ville à tenter de sauver des vies, plus maladroitement qu'autre chose à de maintes occasions. Aujourd'hui, il n'était plus que Zack et Sol', deux énergumènes devant une bière, se regardant avec affection, comme des adolescents qui ne savaient pas comment réagir. Zack lui caressa la joue et Solweig eut presque l'indécence de rougir face à ce qu'il lui disait, c'était tellement nouveau de laisser ce genre d'assertions traînées dans l'air, comme si de rien n'était mais c'était si eux en même temps. "Quelles sont tes sources pour affirmer cette conjugaison, mon cher Felton? T'as vérifié auprès de la principale intéressée pour être sûr qu'il aurait pas fallu utiliser le conditionnel dans l'affaire?" Elle le regarda boire une gorgée de bière en souriant avec cet air déterminé. "Et puis, la vraie question, c'p'tet de savoir si j'suis ton genre... Après tout, j'crois que c'toi qu'a envoyé les papiers d'annulation d'un certain mariage dans le temps..." Elle avait peur qu'il lui dise que tout était terminé avant que quoique ce fut n'ait pu commencé mais elle avait envie d'y croire, reposant son verre à côté de Zack, sa main frôlant la sienne, sentant une pointe d'électricité la désarçonner. Ce serait toujours fort et le pire, Solweig n'avait absolument rien vu venir toute ces années. Rien du tout.
© Starseed

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
has too much feels it hurts




MessageSujet: Re: Road to recovery ¤ Solack

Revenir en haut Aller en bas
 

Road to recovery ¤ Solack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bar à Kouda-
Sauter vers: